Epsylab

Le cercle vicieux du déconditionnement

Le cercle vicieux du déconditionnement physique (CVDP) est l’un des processus invoqués pour expliquer l’insuffisance de l’activité physique du malade chronique, qui est pourtant reconnue pour ces bénéfices sur la santé. Ce processus conduit insidieusement le malade chronique à l’inactivité.
Le CVDP est l’ensemble des conséquences physiques, psychiques et sociales de l’inactivité physique, secondaires à un maladie devenue chronique. Ce processus auto-entretenu marque l'inadaptation progressive, souvent involontaire, à l’environnement. Il agit comme un amplificateur de la vulnérabilité, entraînant le malade chronique vers la dépendance, l’inadaptation, la dégradation de la qualité de vie et la multiplication des situations de handicap.

 
Illustration dans la BPCO

la figure ci-dessous illustre le phénomène chez un patient atteint de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO)

 

 

 

Conséquences du CVDP dans la BPCO

le CVDP est activé par la dyspnée. Pour réduire cette sensation désagréable, le patient adopte un mode de vie sédentaire qui dégrade notamment de la voie énergétique aérobie. Il devient encore plus sensible à la dyspnée.

A la longue et de manière insidieuse, une véritable kinésiophobie s'installe. Cette dégradation va avoir comme conséquence d’accentuer la sédentarisation. Sans pratique d’activité physique, le patient n’a plus de connaissance réaliste de ses compétences. A force de ne plus se mettre à l’épreuve, il ne parvient plus à estimer sa capacité à réaliser un effort. Cette perte de confiance dans ses propres capacités physiques à se déplacer, à réaliser les actes de la vie quotidienne, aggrave encore l’inactivité. Si rien n’est fait pour enrayer ce phénomène, s’en suit une dépression mineure. La méconnaissance de l’aptitude physique, la perte de contrôle du corps se surgénéralisent à l’ensemble des domaines de compétence et par extension à l’estime de soi. Les patients se déprécient, ne se sentent plus capables de construire des projets, sont pessimistes. Des réactions comportementales dommageables pour la santé telles que la violence, l’alcoolisme, le retrait social ou la persistance du tabagisme sont observées.

 

Une spirale dramatique

le danger serait de croire qu’il suffit de bouger pour améliorer l’état du patient. Plus la personne est tombée dans les profondeurs de ce cercle vicieux, plus les facteurs sont imbriqués et difficilement modifiables. Les conditions de sa réversibilité sont complexes et longues, surtout si la maladie chronique continue à s’aggraver avec le temps. 

 

 




Retour

Conduites de santé