Confepsylons

Les grandes questions éthiques posées par la

prévention santé

 

La conférence
L'éthique est le domaine de réflexion qui traite de l'agir humain. Elle est souvent considérée comme l'aboutissement de la philosophie. Cependant, certains grandes questions de l'éthique se voient éclairées d'une manière neuve et inattendue par les progrès récents des sciences biologiques et psychologiques. C'est un de ces progrès qu'on s'attachera plus particulièrement à suivre dans cette conférence. On montrera ainsi que la question que posaient les philosophes stoïciens dans l'antiquité ¨C Sénèque, notamment, dans son De la colère, De Ira ¨C (« qu'est-ce que la colère et comment la contrôler ? ») est aujourd'hui reprise avec des accents différents par certains courants de la biologie et de la psychologie qui demandent : « Les comportements colériques sont-ils sous la dépendance d'un déterminisme génétique ou d'un déterminisme culturel ? Comment distinguer la part respective de chacune de ces deux contributions possibles dans un comportement donné ¨C colérique ou autre ? Et, le cas échéant, comment prévenir certains des effets de ces comportements ? 
Derrière une différence évidente de formulation se laisse apercevoir une même préoccupation. Toutefois l'introduction du thème de l'opposition entre nature et culture, si typique de la philosophie scientifique dont nous sommes les héritiers, modifie aussi considérablement le point de vue sur les questions que posaient les philosophes stoïciens. On analysera ces différences à la lumière de deux contributions récentes : l'une, qui plaide en faveur d'une origine culturelle des comportements colériques, a été développée par le philosophe Peter Sloterdijk dans son livre Colère et temps paru en 2007 (Sloterdijk, 2007). Sloterdjik y explique que la civilisation occidentale, dans son ensemble, est coléro-centrique : la culture occidentale a toujours, selon lui, accordé une place centrale à la colère (qu'elle soit divine ou humaine). L'autre, qui plaide en faveur d'une explication en partie génétique des comportements colériques, a été développée par une équipe de chercheurs de l'Université de Bonn et a été publiée en 2009 (Reuter, Weber, Fiebach, Elger, & Montag, 2009)`. Elle affirme qu'un des gènes du génome humain peut se présenter sous plusieurs formes et que l'une de ces formes se trouve être majoritaire chez des personnes au tempérament notoirement colérique (ce que les média résument volontiers en parlant de « gène de la colère »).
Le rapprochement de ces deux contributions, celle du philosophe et celle des scientifiques, sera l'occasion d'ouvrir le débat très controversé entre les explications génétiques et culturelles d'un comportement, de peser les arguments qui sont présentés en faveur de chacune des deux thèses et de présenter, finalement, les travaux qui sont en cours de réalisation, dans le laboratoire Epsylon (en collaboration avec Nathalie Blanc), pour contribuer à éclairer ce débat.

             

Le conférencier

Le Professeur Pascal Nouvel est un spécialiste des questions éthiques relative au domaine de la santé.   

       

Téléchargements

le diaporama

la vidéo

les ouvrages en lien avec la conférence

les publications scientifiques en lien avec la conférence

 

Quelques souvenirs

  

    

 

         

     

Remerciements

Sylvain Agier, Paquito Bernard, Corinne Crespe, Jérome Maître, Grégory Ninot, Michel Nogues, Delphine Paccard, Mathieu Pardell, Jean-Claude Reuzeau, Jean-Claude Rousson et les services techniques de Saint-Charles. 

      

 

 

 

 

 


 

 

 

    

 

     

   

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour

Productions